Une nouvelle punition pour les Bruxellois novembre - décembre 1916

Des patriotes bruxellois, bravant l'interdiction de célébrer la fête du Roi le 15 novembre, ont insulté des Allemands à la sortie de l'église. En représaille, le général lieutenant von Hurt, gouverneur de Bruxelles et du Brabant a fait afficher un avis instaurant le couvre-feu à Bruxelles et dans l'agglomération du 21 novembre à une date indéterminée, entre 20h30 et 04h00 du matin.  En outre, tous les établissements publics servant aux divertissements, hôtels, restaurants, cafés et magasins devaient fermés à 20h00.

Dans la pratique, dès 19h30, il n'y avait plus personne en rue. Quelques rares trams roulaient encore. Il fait lugubre en ville. Pour certains théâtres ce fut le coup de grâce, comme par exemple pour le théâtre des Galeries qui venait de réouvrir courageusement. D'autres changeaient leurs programmes; les pièces sont jouées en matinée, les mercredis, jeudis et dimanches.

Enfin le couvre-feu est levé le 18 décembre, mais la joie fut de courte durée, car le gouverneur-général pour la Belgique, baron von Bissing, annonce que pour des raisons d'économie d'énergie, les enseignes lumineuses sont interdites et les magasins doivent fermer à 19h00! Seuls les pharmacies et les magasins vendant des aliments, des cigares, des cigarettes et du tabac peuvent rester ouverts. Les hôtels, cafés, restaurants, théâtres et cinémas par contre, doivent impérativement fermer à 22h00!! Les Bruxellois font la triste mine.