L'ouverture de l'Université von Bissing 24 octobre 1916

Avant le début du conflit en août 1914, le Parlement belge était sur le point de voter le projet de loi Franck-Van Cauwelaert-Anseele sur la flamandisation de l'Université de Gand. Si la guerre n'avait pas éclaté, il y aurait eu des cours universitaires en flamand à l'Université de Gand à partir de janvier 1915.

Les Flamingants étaient divisés sur la politique à suivre en temps de guerre. Fallait-il mettre les revendications du mouvement flamand en veilleuse le temps du conflit (les Passivistes) ou faire appel à l'occupant allemand pour flamandiser l'Université de Gand (les Activistes)? Dès janvier 1915, les Activistes ont demandé au gouvernement allemand de Berlin d'activer la flamandisation de l'Université gantoise. Les Passivistes de leur côté ont fait appel au patriotisme des Flamands pour ne pas soutenir la politique flamande (Flamenpolitik) des Allemands. Le 30 décembre 1915, le gouverneur - général en Belgique, baron von Bissing, annonce la flamandisation de l'Université de Gand.

En janvier 1916, 38 intellectuels flamingants (dont L. Franck, Ed. Anseele, Paul Fredericq et Auguste Vermeylen) ont signé l'"Auto-Rekwest" condamnant l'immixtion allemande dans la question de l'Université de Gand, problème belgo-belge. Le gouverneur - général leur répond en les menaçant de représailles s'ils utilisaient la question de la flamandisation comme propagande anti-allemande. La majorité des professeurs de l'Université gantoise décide de ne pas donner cours à l'Universitéc "allemande". Paul Fredericq et Henri Pirenne sont arrêtés et déportés en Allemagne. La résistance des professeurs ne faiblit pas, bien au contraire.

Magré les protestations du corps professoral, les condamnations de l'Eglise belge et l'hostilité de la population gantoise, von Bissing remet officiellement les clés de l'Université au recteur Peter Hoffmann et au corps professoral le 21 octobre 1916. Le 24 octobre 1916, la nouvelle année académique à l'Université "flaminboche" débute par un discours du recteur. A la fin de la guerre, des professeurs et des étudiants ont fui en Allemagne, espérant pouvoir y continuer leurs cours ou leurs études.

Les Passivistes protesteront continuellement jusqu'à la fin de la guerre contre l'Université von Bissing. Immédiatement après l'Armistice, l'Université flamande de Gand a été supprimée et remplacée par l'ancienne Université francophone. L'Université de Gand ne deviendra flamande qu'après le 2 avril 1930, jour où la loi a été votée au Parlement.