Gazettes

Durant la Première Guerre mondiale, on assiste à l’émergence de nombreuses gazettes publiées à Bruxelles. Elles remplacent les grands quotidiens qui, pour la plupart, cessent de paraître pendant toute la guerre.

Croquisderue Bruxelles14-15 vendeusedejournaux001

Sous l’occupation, les Bruxellois cherchent à être informés sur ce qui se passe dans leur ville, dans leur pays, mais aussi dans le monde.

Très vite, il apparaît que les informations sont soigneusement filtrées par la censure allemande. L’occupant affiche ses communiqués officiels sur les murs de la Ville et contrôle les organes de presse, pour éviter au maximum la critique, le patriotisme et la résistance.

Edités et diffusés de manière très secrète, quelques journaux paraissent clandestinement, comme La Libre Belgique ou le Vlaamsche Leeuw, au risque de leurs journalistes, imprimeurs et lecteurs.

Dans cette section, des échantillons d’articles parus dans plusieurs organes de presse conservés aux Archives de la Ville de Bruxelles sont progressivement retranscrits et mis en ligne dans leur langue originale de parution (les titres sont traduits).

Ces extraits de journaux témoignent des préoccupations des habitants de la capitale, liées aux difficultés de la vie quotidienne et à la dramatique actualité belge et internationale. Parmi les journaux consultés, citons: L’Echo de la Presse internationale (presse censurée); Le Bruxellois (presse censurée, germanophile); Le Journal des réfugiés (édité à La Haye, destiné aux réfugiés belges en Hollande, non diffusé à Bruxelles); La Libre Belgique (presse clandestine); De Vlaamsche Leeuw (presse clandestine).

 

Voir aussi la publication sous forme de collection "Les Journaux de Guerre [Belgique]" et "Journaux de Guerre [France]".