Les Anversois résistent aux activistes le 3 février 1918

Les membres du Conseil de Flandre avaient annoncé leur venue à Anvers par voie d'affiches, afin de proclamer haut et fort la séparation politique entre la Flandre et la Wallonie.

Les Anversois, considérés comme des germanophiles par les Bruxellois , ont accueilli les activistes comme il sa doit. A Borgerhout, ils ont été roués de coups. La Bourse d'Anvers a été réquisitionnée par les Allemands pour les membres du Conseil de Flandre. Le bâtiment était gardé par des soldats allemands baïonnette au canon. Une équipe de propagande allemande a tenté de filmer les activistes, mais elle est tombée sur des patriotes et elle a vite décampé.

Les activistes ont suivi un autre chemin que prévu et son reçu par une foule hostile qui piétine le Lion des Flandres. Des soldats allemands interviennent pour laisser passer les membres du Conseil de Flandre et leurs acolytes. Après la réunion, la délégation s'est rendue au monument H. Conscience, escortée par des "Feldgrau" et en passant par le Meire, les activistes se sont faits hués, sifflés et conspués. En tête de cortège se trouvait un peloton de soldats allemands, des Flamingants portant une banderolle "Vlaanderen aan de Vlamingen", suivis par une fanfare, des femmes et des jeunes filles, les activistes du Conseil de Flandre et des étudiants de l'université von Bissing. Ces derniers se sont fait matraqués par des patriotes.

Les Anversois ont montré leur attachement à la Belgique unie; de toutes parts les habitants chantaient la, Brabançonne et la Marseillaise.