Divertissements

Les loisirs sous l’occupation sont, eux aussi, réglementés: les heures d’ouverture, les programmations et les fréquentations des lieux de divertissements font l’objet de contrôles allemands très stricts.

14-18-divertiss1

Les cafés où les Bruxellois aiment se rendre pour discuter entre patriotes, pour écouter de la musique ou pour danser sont particulièrement surveillés.

Un certain nombre de salles de spectacle, comme le Théâtre royal de la Monnaie ou le Théâtre du Parc, sont réquisitionnés pour y organiser des activités destinées aux occupants et pour encourager le public belge à apprécier la culture allemande.

Si les grands championnats sportifs nationaux qui existent depuis le début du 20e siècle sont évidemment mis en veilleuse pendant la guerre, des matchs de football, des parties de balle pelote ou des courses cyclistes en vélodrome sont fréquemment joués au niveau local entre équipes sportives ou entre amis.