Soldats bruxellois

Depuis 1913, le service militaire obligatoire remplace le tirage au sort des appelés en Belgique, ce qui augmente considérablement le contingent d’hommes prêts à défendre la neutralité du pays. Dès le début des hostilités, de nombreux Belges se déclarent en outre volontaires pour participer dans un élan patriotique généralisé à une guerre que l’on croyait de courte durée.

Soldat bruxellois

Le conflit s’éternise et se fixe en plusieurs lignes de front, dans les tranchées de la mer du Nord à la Suisse. Les soldats bruxellois se retrouvent principalement à l’Yser : près de 1300 hommes nés ou domiciliés dans la Ville de Bruxelles y laissent la vie.

Un grand mouvement de solidarité se dessine dans la population  pour tous les fils et enfants du pays partis défendre la Nation. Tant bien que mal, du courrier des familles ou des marraines de guerre et des colis de vivres ou de livres est acheminé jusqu’au front.