Prisonniers

Des milliers de soldats belges sont faits prisonniers et envoyés dans des camps en Allemagne d’où ils ne reviendront qu’après novembre 1918. Grâce à la Convention de La Haye de 1907 stipulant un certain nombre de règles à respecter en cas de guerre, les prisonniers peuvent garder des contacts avec leur famille et leurs concitoyens.

prisonn-keym039-119-45 Par l’intermédiaire des œuvres caritatives, dont "La Caissette du Soldat", la population bruxelloise s’attache à soutenir généreusement les prisonniers de guerre. Des collectes sont organisées pour leur envoyer des colis de pain, du pain d’épices, des cubes de bouillon, du chocolat ou du tabac.

Ces mêmes œuvres se préoccupent aussi des prisonniers civils internés en Allemagne pour des raisons essentiellement d’opposition politique. Parmi eux, le célèbre bourgmestre de la Ville de Bruxelles Adolphe Max, fait prisonnier des Allemands pour motif d’insoumission et devenue une véritable icône de la Résistance.