Paix séparée entre l'Allemagne et l'Ukraine, 9 février 1918

En décembre 1917, les Pouvoirs centraux, principalement l’Allemagne, profitent de l’affaiblissement de la République russe dirigée par les Bolcheviks et leur volonté de signer une paix sans annexion et sans indemnité, pour « défendre » les intérêts de l’Ukraine. Il était clair que les militaires et les industriels allemands voulaient s’emparer de l’Ukraine, grenier à blé de la Russie et possédant de nombreux bassins miniers, afin d’alimenter leur industrie de guerre et contourner le blocus de l’Entente.

Parallèlement aux négociations entre la Russie et les Puissances centrales, la nouvelle république d’Ukraine désire que ces Puissances centrales reconnaissent son indépendance, mais une guerre civile oppose le gouvernement issu de la Rada à celui de Kharkov d’obédience bolchevique. Afin d’attirer les bonnes grâce du gouvernement de la Rada, les Allemands proposent que les Austro-Hongrois cèdent la Galicie à l’Ukraine. Les Austro-Hongrois étaient prêts à accepter la paix à n’importe quel prix, du moment que leur population ne meurent plus de faim ! Au courant des problèmes alimentaires régnant dans la double monarchie, les Ukrainiens font augmenter les enchères lors des négociations territoriales. La volonté du ministre austro-hongrois des Affaires étrangères Czernin à céder la Galicie aux Ukrainiens cause une grave crise politique à Vienne. Le gouvernement de la Rada n’a pas les moyens de sa politique et voit dans un accord avec les Puissances centrales un moyen de battre ses adversaires bolcheviks. Mauvais calcul, car les troupes du gouvernement de Kharkov occupent Kiev.

La paix entre l’Ukraine et les Puissances centrales (dite Paix alimentaire) est signée le 6 février 1918. En février 1918, la Russie bolchevique n’avait toujours pas reconnu l’indépendance de l’Ukraine, car elle considérait que celle-ci faisait toujours partie de la Grande Russie et que personne ne pouvait s’immiscer dans ses affaires. L’armistice russo-allemand signée à Brest-Litovsk le 15 décembre 1917 venant à échéance le 17 février 1918, les Allemands reprennent leur progression le 21 et occupent l’Ukraine après de rudes combats contre les Gardes rouges de Kharkov et la Légion tchécoslovaque. Ainsi l’Ukraine était devenue la chasse gardée des Allemands et des Austro-Hongrois qui voulaient à tout prix y défendre leurs intérêts économiques.