Des fusiliers marins allemands défilent dans les rues de Gand.

Gand tombe le 18 octobre 1914 entre les mains des Allemands. Carte postale de propagande allemande.

 

Couverte par les fusiliers marins français et par la 7ème division britannique, l'armée belge se retire d'Anvers vers Gand. Mais vu qu'elle risque de se faire encercler par les Allemands, elle renonce à établir une ligne de défense sur le canal Gand - Terneuzen. L'armée belge quitte Gand pour se placer plus à l'ouest sur une ligne plus facile à défendre.

 

Le 6 octobre 1914, les Allemands s'approchent dangereusement  d'Anvers. Le secrétaire du Roi, Jules Ingenbleek et la Reine Élisabeth ont réussi à convaincre le Roi de suivre l'idée de Charles de Broqueville, c'est-à-dire de quitter le Réduit national d'Anvers pour ne pas tomber entre les mains des Allemands et de se joindre aux Alliés plus à l'Ouest. Le 7 octobre au matin, le couple royal se met en route, en passant par St-Nicolas Waes, Zelzate et Bruges. Le 10 octobre, ils s'installent dans la Villa royale à Ostende. Entre temps l'armée de campagne s'était également mise en marche vers l'Ouest du pays.

Après la prise d'Anvers, dont le siège a été long et coûteux, les Allemands font la fête. A Berlin la population civile manifeste sa joie en rue et des orchestres jouent des musiques patriotiques.

Le drapeau impériale allemand flotte sur la flèche de la cathédrale d'Anvers.

Des réfugiés belges fuient Anvers après l'entrée des Allemands dans la ville. Un grand nombre décide de se réfugier aux Pays-Bas, pays neutre et accueillant. Mêmes des religieuses catholiques romaines traversent la frontière belgo-néerlandaise pour trouver refuge dans un pays à majorité protestant.