La position des Socialistes belges de Belgique occupée concernant la conférence de la paix de Stockholm 22 août 1917

Le Conseil général du parti ouvrier belge s'est réuni clandestinement à la Maison du Peuple de Bruxelles afin de délibérer sur l'opportunité d'envoyer des délégués à la Conférence de Stockholm. Une majorité écrasante a rejeté l'idée d'envoyer des délégués à Stockholm.

Joseph Wauters, rédacteur en chef du journal Le Peuple et député de Huy-Waremme, conclut son mémoire en ces termes :

"Le P.O.B. se refuse donc à participer actuellement à une conférence où serait représentée la majorité de la sociale démocratie allemande; il n'en attend rien aussi longtemps qu'elle garde l'attitude actuelle et qu'elle continue à soutenir l'autocratie et le militarisme prussiens; il ne veut pas, en acceptant actuellement de discuter sur un programme de paix, aider à tromper la classe ouvrière internationale; il ne veut pas non plus réhabiliter la majorité allemande devant les travailleurs allemands eux-mêmes, qui ont commencé à se ressaisir; il n'acceptera en tout cas jamais qu'une réunion quelconque ait lieu sans que la question des responsabilités n'y soit vidée à fond, car de là découlera toute possibilité d'action pour l'avenir."

On ne pourra commencer à parler de paix avec les Allemands (y compris les Sociaux-démocrates) que quand ils auront reconnu leur responsabilité dans le déclenchement de la guerre et quand ils ne soutiendront plus l'autocratie et le militarisme prussiens.

Source : GILLE, Louis - OOMS, Alphonse - DELANDSHEERE, Paul, Cinquante mois d'occupation allemande, t. III, 1917, Bruxelles, Librairie Albert Dewit, 1919, p. 400.