Déportation des chômeurs et ouvriers belges (octobre 1916)

Subissant des pertes sévères à Verdun et dans la Somme, l'Armée impériale allemande a fait pression sur le gouvernement civil de Berlin pour qu'il incorpore les jeunes hommes de 16 ans et les quinquagénaires dans l'armée. Les places laissées vides dans l'industrie de l'armement allemande, dans la sidérurgie, dans les mines et dans l'agriculture devaient être remplies par des chômeurs (les "paresseux") et des ouvriers venus de Belgique. Selon les Militaristes allemands, la Belgique avait été trop longtemps épargné, elle allait apprendre ce qu'était la guerre. D'abord les marchandises sont pillés dans les entrepôts en septembre 1916 et ensuite le 26 octobre 1916, les ouvriers et chômeurs de Quiévrain sont embarqués par l'armée allemande direction l'Allemagne. Beaucoup d'autres Belges allaient suivre jusqu'en mars 1917. A cette époque il n'était pas bon être un homme en âge de porter les armes (entre 16 et 55 ans) et ressembler à un ouvrier ou à un chômeur, on risquait de se faire "ramasser" en rue par des soldats allemands! Les hommes habitant dans la zone du gouverneur-général (p.ex. le Limbourg, le Brabant) sont envoyés en Allemagne, ceux qui habitent dans les zones d'étappe (les deux Flandres, et les villes le long de la frontière française) sont envoyés dans le nord de la France, près du front. Ils devaient travailler comme des esclaves : maltraitance et malnutrition. Beaucoup de ces déportés ne sont jamais revenus.

Cette politique d'esclavage moderne a suscité une telle vague de protestations de la part du Cardinal Mercier, des puissances alliées et des pays neutres, que les déportations vers l'Allemagne cessèrent en mars 1917. Mais l'utilisation sur le front d'ouvriers réquisitionnés perdura jusqu'à la fin de la guerre.

À partir de fin 1916, l'occupation allemande était entrée dans sa période la plus sombre et la plus répressive.

 Un article sur la déportation des ouvriers belges en Allemagne : http://deredactie.be/cm/vrtnieuws/14-18/1.2137936