L’humour s’en va-t-en guerre

alim-keym011-121-24 Très en vogue depuis le développement de la presse au 19e siècle, la caricature est pendant la guerre largement utilisée par tous les pays belligérants.

Description comique ou satirique par simplification et déformation de certains traits, elle est l’outil de propagande idéal pour leur permettre de défendre la justesse de leur cause tout en délégitimant celle de l’ennemi.

Dans Bruxelles occupée, des artistes résistent par l’humour.

Parce que rire de ses propres malheurs permet sans doute de mieux les vivre, leurs caricatures s’amusent des difficultés vécues par la population: pénurie, problèmes de ravitaillement, changement d’heure, réquisitions, etc.

Mais ces artistes ne se contentent pas de l’autodérision, ils nomment les coupables: l’occupant allemand, bien sûr, mais aussi ceux des Bruxellois qui, d’une manière ou d’une autre, tirent profit de l’occupation et sont accusés de trahir l’union nationale.

 

 

 

 

 

 

Expo